La qualité de l’embryon n’est pas liée à la santé du bébé, mais elle nous donne une idée de la capacité de cet embryon à s’implanter et à donner une grossesse. La “qualité de l’embryon” dans un cycle de FIV est une évaluation morphologique des embryons à un moment précis, sur plusieurs jours d’observation au microscope. De nombreuses études ont montré que cette catégorisation a été rattachée à la probabilité de grossesse que l’embryon peut générer. La qualité morphologique de l’embryon ne nous donne pas d’informations sur la qualité génétique ou métabolique de l’embryon et n’est donc pas associée au risque de fausse couche, à l’évolution de la grossesse ou à la santé du futur bébé.

Relation entre la qualité embryonnaire et la santé du bébé

Plusieurs tentatives ont été menées pour établir un lien entre la qualité embryonnaire, le développement de la grossesse et la santé du futur bébé. Oron et ses collaborateurs ont publié en 2014 une étude sur 1541 femmes de moins de 41 ans ayant effectué un transfert d’un seul embryon au cours d’un cycle de FIV. Ils ont analysé le taux de grossesse, les fausses couches, l’accouchement et la période périnatale en fonction de la qualité des embryons transférés. En ce qui concerne les résultats périnataux, ils ont étudié le poids, l’accouchement prématuré, la prééclampsie, le décollement du placenta et les complications néonatales. Ils ont observé un taux de grossesse et d’accouchement plus élevé dans le cas où des embryons de bonne qualité avaient été transférés. Mais ils n’ont pas trouvé de différence selon la qualité de l’embryon transféré, concernant les fausses couches ou les complications maternelles ou néonatales.

Classification de la qualité des embryons

Bien qu’il existe de nombreuses classifications, en Espagne, la classification de ASEBIR (Association pour l’Etude de la Biologie de la Reproduction) est utilisée. Dans cette classification, les ovocytes, les embryons jusqu’au troisième jour de développement et les blastocystes (embryons développés jusqu’au septième jour) sont évalués. On attribue aux embryons des lettres (A, B, C ou D) qui nous donnent une idée de leur qualité morphologique embryonnaire et donc de leur probabilité de donner une grossesse. Les embryons de meilleure qualité sont classés dans la catégorie “A” et sont plus susceptibles d’être implantés. Ceux de qualité inférieure sont classées “D” et ont peu de possibilités.

Facteurs influençant la qualité des embryons

La qualité embryonnaire dépend de multiples facteurs, certains intrinsèques, à savoir l’ovule et le spermatozoïde qui génèrent l’embryon. D’autres formes sont extrinsèques, telles que les conditions de culture embryonnaire dans le laboratoire de FIV.

En tant que facteurs intrinsèques, la qualité de l’embryon dépend de la qualité des gamètes (ovule et spermatozoïde) et ceux-ci dépendent, à leur tour des caractéristiques des parents: âge, endométriose, syndrome des ovaires polykystiques, hyperprolactinémie, facteurs ovulatoires, faible réserve ovocytaire, facteurs masculins … Le facteur le plus important étant l’âge de la femme. Il n’est pas modifiable et c’est ce qui conditionne clairement la qualité de l’embryon ainsi que l’évolution de la grossesse et la santé du bébé. D’autres caractéristiques, par contre peuvent être traitées afin d’améliorer la qualité de l’embryon. Par exemple, la qualité des ovocytes semble s’améliorer après un traitement aux antidiabétiques oraux dans le cas des ovaires polykystiques ; la qualité spermatique s’améliore parfois avec des antioxydants et des vitamines, avec un traitement chirurgical (dans le cas du varicocèle) ou même simplement en diminuant l’abstinence sexuelle. En cas de surcharge pondérale ou de consommation de tabac ou d’alcool, l’amélioration de l’alimentation et des habitudes de vie peuvent améliorer à la fois la qualité des ovocytes et du sperme.

Parmi les facteurs extrinsèques, on peut citer tous ceux liés au traitement In Vitro des gamètes et à la culture des embryons. Ainsi, les conditions du laboratoire et des milieux de culture utilisés sont fondamentales car la qualité des embryons en dépend. Les recherches visant à améliorer les conditions de culture des embryons et la mise en œuvre des techniques ayant données des preuves d’efficacité constituent un élément fondamental du travail des cliniques de fertilité.

Chez URH García del Real, nous nous préoccupons de tous les détails nécessaires à l’obtention d’embryons de la meilleure qualité possible compte tenu des circonstances de chaque couple.

Si vous avez des questions, vous pouvez prendre rendez-vous pour une consultation gratuite ou appeler le 0034 917401690.

Dr. Isabel Pons Mallol – Chef du Laboratoire de Fécondation In Vitro et d’andrologie